Foire aux questions - Détecteurs de gaz

Où un détecteur de gaz doit-il être monté ?

Les bouteilles de gaz (propane/butane) utilisées dans le domaine des loisirs, mais aussi les substances employées pour les attaques aux gaz narcotiques sont à l’état gazeux plus lourds que l’air et donc s’accumulent d’abord au bas du véhicule.

Un détecteur de gaz doit par conséquent être monté sur une surface verticale sous les couchettes. La hauteur correcte est 10-20 cm env. au-dessus du sol.
Vous avez ainsi assez de temps pour réagir en cas d’urgence.

En cas de séparations spatiales par des rideaux ou des portes coulissantes, il est utile d’installer un détecteur de gaz supplémentaire ou un détecteur de gaz autonome.
Veiller à ce que le détecteur soit suffisamment éloigné des dispositifs de chauffage et des batteries dégageant des gaz.

Quels sont les gaz auxquels un détecteur de gaz réagit ?

Nos détecteurs de gaz détectent le propane, le butane et l’ensemble des narcotiques/gaz anesthésiants. Doté de l’équipement correspondant, le G.A.S.-pro détecte également le monoxyde de carbone.

Quels sont les autres gaz auxquels un détecteur de gaz réagit/émet une fausse alerte ?

Les détecteurs de gaz ont souvent la réputation d’émettre des fausses alertes.
Les détecteurs de gaz réagissent également aux substances comprises dans les bouteilles de gaz ou à des substances similaires aux narcotiques dans des certaines concentrations.
Les déodorants, les lotions après-rasage, les produits de nettoyage agressifs, les gaz corporels (notamment d’animaux), mais aussi occasionnellement l’alcool d’haleine ou la fondue déclenchent un détecteur sensible.

Malgré la compensation de température, les autotests permanents et l’évaluation logicielle intelligente des valeurs mesurées par le détecteur, une fausse alerte n’est parfois pas exclue.
La fiabilité en cas d’urgence est primordiale :
mieux vaut une alerte une fois de trop, qu’une fois de moins.

PS : La hauteur de montage correcte ne filtre essentiellement que les « mauvais » gaz (donc déclenchement de fausses alertes).

Comment fonctionne une attaque au gaz/quels gaz sont utilisés ?

Lors d’une attaque ou d’une tentative de cambriolage avec des gaz anesthésiants, des produits chimiques du commerce de gros sont souvent utilisés. Le chloroforme ou l’éther sont connus, mais des substances provenant par ex. de la fabrication de plastique sont également utilisées. Vendus  en grand conditionnement, ils coûtent peu et il est rarement nécessaire de devoir présenter une pièce d’identité lors de l’achat.
Les produits chimiques liquides accèdent dans l’habitacle via une canule d’injection dans les joints ou les ventilations forcées et se transforment en mélange de gaz en s’évaporant à température ambiante. Ce mélange remplit le véhicule du bas vers le haut et anesthésient les personnes endormies.
Cette somnolence permet aux cambrioleurs d’être plus bruyants sans toutefois être découverts.

À quoi sert le troisième fil/fil vert du câble de raccordement ?

Le troisième fil du câble de raccordement des détecteurs de gaz compacts est uniquement utilisé sur la version spéciale du client (OEM) et peut être raccourci/ignoré en fonctionnement normal.

Comment peut-on tester un détecteur de gaz ?

Ne pas utiliser une bouteille de gaz de propane ! L’alcool dénaturé ou autres substances similaires ne sont pas non plus appropriées car elles risquent d’endommager la tête du détecteur.
Il est possible d’effectuer un test sans danger en utilisant un briquet disponible dans le commerce. Ce test devrait même être effectué régulièrement.
Dans le cas d’un briquet à allumage électronique, souffler sur la flamme pour l’éteindre.

Est-il possible de rallonger le câble de GBA-I ou du détecteur de gaz radio ?

Oui. Il s’agit ici « seulement » d’un câble d’alimentation en tension.
Veuillez utiliser des câbles de section identique ou supérieure (3 x 0,14²) et veillez à procéder à un raccordement correct.